Se mettre à table ensemble pour les repas aide les filles à grandir sainement

Se mettre à table ensemble pour les repas aide les filles à grandir sainement

Source:
* La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada un partenaire caritatif SHOPPERS. AIMEZ. VOUS.

Il peut sembler impossible de se mettre à table fréquemment avec votre adolescente en cette période où votre enfant affirme de plus en plus son indépendance et les horaires sont chargés. Toutefois, les experts de la santé disent que manger ensemble souvent apporte trop de bienfaits sur différents plans chez les jeunes filles pour ne pas le faire.

« L’heure du repas est une occasion pour les parents et les parents-substituts de tisser des liens avec leurs filles, d’amorcer le dialogue et de fournir des conseils et du soutien dans de nombreux aspects de la vie, y compris l’alimentation », indique Dre Jennifer Blake, spécialiste en santé des femmes et directrice générale de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC).

Dans une directive qui établit une norme sur la nutrition chez les femmes, la SOGC observe que l’adolescence est la période où les filles sont les plus vulnérables sur le plan nutritionnel. Cependant, par rapport aux autres jeunes filles, celles qui se mettent souvent à table avec leur famille ou leurs parents-substituts pour les repas réussissent mieux à l’école, sont moins susceptibles de consommer des drogues, parviennent plus facilement à maintenir un poids santé, pourraient attendre plus longtemps avant d’avoir des rapports sexuels et peuvent se former une vision plus positive de l’avenir. L’heure du repas est également une occasion pour les parents et parents-substituts d’observer la relation d’une adolescente avec la nourriture et de lui poser des questions à ce sujet.

« Élever des enfants garde très occupé dans le meilleur des cas, et les années de l’adolescence présentent leur lot de défis à mesure que les jeunes filles explorent qui elles sont dans un contexte d’identité et dans leurs relations avec les autres à l’extérieur du nid familial », observe Dre Blake. « Par contre, lorsque l’on s’efforce de souligner l’importance d’une alimentation saine et d’en être un exemple lors des repas en famille, il est possible de jeter les fondations d’une relation positive avec l’alimentation; de même, en favorisant de saines habitudes tôt dans la vie, on diminue le risque de stress et de troubles de santé à l’avenir. »

L’adolescence commence au début de la puberté et se termine vers 18 ans. Lors de cette période, les jeunes filles vivent leur plus grande poussée de croissance; et qui dit croissance dit également augmentation des besoins nutritionnels. Pourtant, bien des adolescentes sautent des repas et grignotent fréquemment tandis que d’autres développent un intérêt pour les régimes amaigrissants. La SOGC recommande aux personnes soignantes et aux fournisseurs de soins de santé d’insister sur le maintien d’un poids santé et d’une alimentation adéquate au moyen de repas réguliers qui comprennent les bonnes quantités de fruits, de légumes, de produits laitiers faibles en gras, de grains entiers et de bon gras, qui contiennent moins de viandes rouges ou transformées et qui présentent une quantité limitée de sucre et de breuvages sucrés.

C’est chez les adolescentes que l’on observe la plus forte prévalence de troubles alimentaires

Les troubles alimentaires peuvent entraîner des complications de santé irréversibles, notamment une croissance freinée, la détérioration de l’émail dentaire causée par les vomissements chroniques, des changements structurels au cerveau, un retard ou un arrêt de la puberté et une ossature sous-développée.

Grâce aux repas pris ensemble, il est possible de détecter les comportements malsains de contrôle du poids, d’en apprendre sur les influences qui les soutiennent et d’intervenir tôt au besoin pour prévenir les dommages à long terme sur la santé.

De nombreux facteurs favorisent l’adoption d’un régime amaigrissant et les comportements malsains de contrôle du poids :

  • Les facteurs personnels sont l’insatisfaction et la distorsion de l’image corporelle, le sentiment de manque de contrôle sur sa vie, la dépression et l’anxiété.
  • Les facteurs familiaux sont les faibles liens familiaux, les critiques des parents sur le poids, l’attitude des parents favorable aux régimes amaigrissants ou l’absence d’un modèle positif.
  • Les facteurs environnementaux sont la participation à des sports où le poids entre en compte, les moqueries sur le poids et la perception favorable de leurs amies au sujet des régimes amaigrissants.
  • Les autres facteurs sont la maladie et la consommation de drogues.

 

Les façons dont les parents et les parents-substituts peuvent favoriser la saine alimentation chez les adolescentes :

  • Manger ensemble souvent;
  • Créer des occasions pour leurs filles de parler des pressions et perceptions sociales de l’image corporelle;
  • Favoriser la consommation d’aliments riches en nutriments;
  • Enseigner des compétences culinaires en préparant des repas santé ensemble;
  • Donner l’exemple à la maison en choisissant et en préparent des aliments nutritifs;
  • Parler de nutrition lors des repas;
  • Souligner les vertus santé d’une alimentation riche en nutriments et de l’activité physique plutôt que miser sur l’image corporelle;
  • Observer les habitudes d’alimentation et demander un soutien médical et psychologique pour les jeunes filles qui montrent des signes de troubles alimentaires.

 

 

Nachos au poulet et aux haricots noirs frits                                                        

Ce plat de nachos familial est légèrement épicé. Pour le rendre un peu plus piquant, augmentez la quantité de poudre de chili ancho. À l’inverse, pour le rendre moins piquant, remplacez la poudre de chili ancho par de la poudre de chili ordinaire. Assurez-vous d’utiliser des croustilles tortilla cuites au four pour garder la teneur en gras et les calories sous contrôle.

Temps de préparation : 20 minutes

Temps de cuisson : 30 minutes

 

2                                                     Poitrines de poulet refroidi à l’air désossées et sans peau PC Menu bleu

1 ml (¼ c. à thé)                        de sel

15 ml (1 c. à soupe)                d’huile d’olive

1                                                     petit oignon, coupé en dés

7 ml (1 ½ c. à thé)                    de poudre de chili ancho

1 conserve (540 ml)                de Haricots noirs PC Menu bleu, égouttés et rincés

3                                                     tomates, coupées en dés

1 emb. (240 g)                           de croustilles tortilla à teneur réduite en gras cuites au four

375 ml (1 ½ tasse)                   de cheddar léger ou de Monterey Jack

125 ml (½ tasse)                       d’oignons verts, tranchés finement

½                                                    avocat mûr, mais ferme, coupé en dés

125 ml (½ tasse)                       de Yogourt grec nature 0 % M.G. PC (facultatif)

 

  1. Placer le poulet dans une petite casserole. Ajouter 500 ml (2 tasses) d’eau et le sel. Porter à ébullition à feu moyen-vif. Réduire à feu moyen-doux, couvrir et laisser mijoter de 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit entièrement cuit. Transférer le poulet sur une assiette à l’aide d’une cuillère trouée. Laisser refroidir jusqu’à ce qu’il puisse être manipulé. Effilocher ou hacher finement une fois refroidi. Pendant ce temps, laisser mijoter le liquide de cuisson pendant encore 3 à 5 minutes ou jusqu’à ce qu’il ait réduit à 250 ml (1 tasse). Filtrer à travers un tamis à mailles fines au-dessus d’un petit bol. Réserver le poulet et le liquide de cuisson.
  2. Chauffer l’huile dans une poêle à frire à fond épais ou une casserole large à feu moyen. Cuire l’oignon, en remuant, pendant 5 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit attendri. Incorporer la poudre de chili et cuire pendant 30 secondes. Incorporer les haricots, les deux tiers des tomates en dés et le liquide de cuisson. Porter à ébullition. Réduire à feu moyen doux et laisser mijoter, à découvert et en remuant souvent, pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que les tomates soient attendries et que la plupart du liquide se soit évaporé. Retirer du feu. Écraser la préparation de haricots au pilon à pommes de terre jusqu’à ce qu’elle soit plutôt lisse et consistante. Incorporer le poulet.
  3. Préchauffer le gril du four. Tapisser une plaque de cuisson de papier d’aluminium.
  4. Étaler les croustilles tortilla sur la plaque de cuisson préparée. Garnir de la préparation de haricots, puis parsemer de fromage et d’oignons verts. Placer au four sur la grille du centre. Griller, en surveillant la cuisson de près, de 2 à 4 minutes ou jusqu’à ce que le fromage soit fondu et que les croustilles soient légèrement dorées. Sortir du four et parsemer des tomates en dés restantes. Garnir d’avocat et de yogourt, si désiré.

 

Donne 8 portions

Par portion : 320 calories, 10 g de lipides, 450 mg de sodium, 35 g de glucides, 6 g de fibres, 25 g de protéines

Teneur élevée en fibres

Bonne source de calcium

CONSEIL : Vous pourriez aussi garnir vos nachos d’olives noires tranchées, de piments jalapenos marinés égouttés, de feuilles de coriandre fraîche ou de laitue iceberg râpée.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter NutritionAuFéminin.ca