Aider les femmes enceintes et qui allaitent à faire de leur santé une priorité – conseils de nos partenaires de Motherisk à motherisk.org

Fait no 1 : Activité physique

Il est recommandé de faire de l’activité physique durant la grossesse, car ses effets sont bénéfiques pour la femme enceinte, le bébé et la grossesse proprement dite.

En effet, les preuves s’accumulent : l’activité physique modérée chez les femmes en santé qui ont une grossesse à faible risque réduit la prise de poids et peut soulager plusieurs des maux associés à la grossesse (1, 2), notamment les douleurs au dos (1, 2), les varices (1) et les sautes d’humeur (1). L’activité peut aussi diminuer les risques d’accouchement par césarienne (1, 2), d’hypertension chez la mère (2) et de diabète gestationnel (1, 2), en particulier chez les personnes obèses (1, 2). Contrairement à ce qu’on croyait, l’activité physique, lorsqu’elle respecte certaines lignes directrices, n’augmente pas les risques d’insuffisance pondérale à la naissance (1, 2), d’accouchement prématuré (1, 2) ou de fausse couche (1).

Consultez toujours votre professionnel de la santé ou communiquez avec Motherisk (1-866-439-2744) afin de vérifier si l’activité physique que vous pratiquez pose un risque pour votre grossesse.

Fait no 2 : Vaccin contre la grippe

Pour la plupart des gens, la grippe s’accompagne de symptômes bénins. Chez les femmes enceintes toutefois, les symptômes sont parfois plus graves et peuvent avoir des conséquences indésirables durant la grossesse et après la naissance.

À cause des changements que leur corps subit durant la grossesse, les femmes enceintes sont plus sujettes aux infections (2). Celles qui contractent la grippe risquent davantage d’être hospitalisées (1, 2) et même de mourir à cause de la maladie (2). De plus, la grippe augmente les risques d’accouchement prématuré (2) ou de complications durant l’accouchement (2), surtout si la femme la contracte durant le deuxième ou le troisième trimestre de la grossesse (1).

Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande que toutes les femmes enceintes reçoivent le vaccin contre la grippe, quel que soit le stade de la grossesse (1). À ce jour, les études n’expriment aucune inquiétude quant à la vaccination contre la grippe durant la grossesse (1). Les recherches indiquent que les naissances prématurées et les cas d’insuffisance pondérale à la naissance sont moins fréquents chez les femmes qui reçoivent un vaccin contre la grippe durant leur grossesse (1). En outre, leurs bébés courent moins de risques de contracter la maladie et d’être hospitalisés durant leurs premiers mois de vie (1).  

Consultez votre professionnel de la santé ou communiquez avec la ligne d’assistance Motherisk (1‑877‑439‑2744) pour en apprendre plus sur l’innocuité du vaccin contre la grippe chez les femmes enceintes.

Fait no 3 : Soins dentaires

Une mauvaise hygiène buccale durant la grossesse peut augmenter les risques de complications. 

Des études démontrent que certaines infections dentaires, surtout lorsqu’elles ne sont pas traitées, peuvent accroître les risques de complications durant la grossesse telles que la prééclampsie, l’accouchement prématuré et l’insuffisance pondérale à la naissance (1). En outre, elles peuvent nuire à la santé de la mère (1). Les hormones de grossesse peuvent augmenter les risques de gingivite (2). Il est donc important pour les femmes enceintes de consulter un dentiste et de recevoir des soins dentaires pendant leur grossesse. Les interventions comme les obturations, le nettoyage, les radiographies dentaires et l’anesthésie ne sont associées à aucune complication durant la grossesse (2).

Consultez votre professionnel de la santé ou communiquez avec la ligne d’assistance Motherisk (1‑877‑439‑2744) pour en apprendre plus sur la sécurité des soins dentaires chez les femmes enceintes. 

Fait no 4 : Tabagisme

Le tabagisme pose des risques durant la grossesse. Cesser de fumer au début de la grossesse ou avant procurera de nombreux avantages à la mère et à son enfant.

L’usage du tabac augmente les risques de fausse couche, d’insuffisance pondérale à la naissance, d’accouchement prématuré, de problèmes liés au placenta et d'autres complications. La gravité de ces risques dépend du nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Si une femme enceinte ne peut cesser de fumer, la réduction de sa consommation de tabac lui sera tout de même bénéfique, peu importe le stade de la grossesse. Les femmes qui ne réussissent pas à abandonner le tabac peuvent recourir à une thérapie de remplacement de la nicotine (timbres, gomme à mâcher, inhalateur, etc.) en concomitance avec une thérapie cognitivo-comportementale. Ces thérapies donnent de meilleurs résultats durant la grossesse et n’ont aucun effet indésirable sur le bébé.  

Consultez votre professionnel de la santé ou communiquez avec la ligne d’assistance Motherisk sur l’alcoolisme et la toxicomanie (1-877-327-4636) pour en apprendre plus sur les effets du tabagisme sur votre bébé et les différents moyens d’arrêter de fumer. Au besoin, vous pourrez également obtenir de l’information sur les services de soutien ou les traitements offerts.

Fait no 5 : Acide folique

Une carence en acide folique au début de la grossesse peut augmenter les risques de malformations congénitales graves telles que le spina bifida, une anomalie du tube neural.  

Pour réduire les risques d’anomalie du tube neural, on recommande fortement aux femmes qui prévoient avoir un enfant de prendre de 0,4 à 1 mg d’acide folique de deux à trois mois avant la grossesse et jusqu’à la naissance. En outre, les femmes elles-mêmes atteintes d’une anomalie du tube neural ou dont le partenaire masculin en est atteint devraient prendre une dose plus forte d’acide folique (4 mg) avant de devenir enceintes et pendant le premier trimestre de grossesse. Il en va de même lorsque le couple a eu un bébé (vivant ou non) présentant une anomalie du tube neural.

Consultez votre professionnel de la santé ou communiquez avec la ligne d’assistance Motherisk (1‑877‑439‑2744) si vous avez des questions concernant la prise de suppléments d’acide folique chez les femmes enceintes.

Fait no 6 : Alcool durant la grossesse

La consommation d’alcool durant la grossesse peut nuire au développement du fœtus.  

En effet, il s’agit de la première cause de malformations congénitales évitables ainsi que de déficiences intellectuelles et de troubles neurodéveloppementaux chez le nourrisson. Les enfants dont la mère a consommé de l’alcool durant la grossesse sont sujets à la dépression et à l’anxiété. De plus, ils ont de la difficulté à interagir en société et à établir des relations.

Il n’y a aucune quantité d’alcool qu’une femme enceinte peut prendre ni aucun moment de la grossesse où la mère peut consommer de l’alcool sans nuire à son bébé. Par conséquent, l’abstinence demeure l’option la plus sûre pour les femmes enceintes ou qui pensent le devenir. En outre, vous réduirez les risques de complications pendant votre grossesse si vous cessez de consommer de l’alcool aussitôt que vous apprenez que vous êtes enceinte.    

Consultez votre professionnel de la santé ou communiquez avec la ligne d’assistance Motherisk sur l’alcoolisme et la toxicomanie (1-877-327-4636) pour discuter des risques associés à la consommation d’alcool durant la grossesse. Au besoin, un conseiller vous orientera vers les services de soutien ou de traitement appropriés.

Références:

  • Alleyne J, Peticca P, Académie canadienne de la médecine du sport et de l'exercice. « Document de réflexion sur l'activité physique et la grossesse », Ottawa (Ontario), 2008. Accessible à : http://casem-acmse.org/wp-content/uploads/2013/07/Document-de-reflexion-Exercice-et-grosses1.pdf
  • American College of Obstetricians and Gynecologists. ACOG Committee Opinion, no650, « Physical activity and exercise during pregnancy and the postpartum period ». Obstet Gynecol., 2015, 126 : e135–42.
  • Agence de la santé publique du Canada. « Une déclaration d'un comité consultation (DCC) – Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) : Chapitre sur la grippe du Guide canadien d'immunisation et Déclaration sur la vaccination antigrippale pour la saison 2015-2016 », Ottawa (Ontario), septembre 2015. Accessible à : http://www.phac-aspc.gc.ca/naci-ccni/assets/pdf/flu-2015-grippe-fra.pdf
  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC). « Prevention and control of seasonal influenza with vaccines. Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices--United States, 2013-2014 », MMWR Recommandations and Reports, 20 septembre 2013, 62(RR-07) : 1-43
  • Papapanou PN. « Systemic effects of periodontitis: lessons learned from research on atherosclerotic vascular disease and adverse pregnancy outcomes », International Dental Journal, 2015, 65(5) : 283-291.
  • Giglio J, Lanni SM, Laskin DM, Giglio NW. « Oral Health Care for the Pregnant Patient », JCDA, février 2009, 75(1) : 43-48.
  • Tobacco Use and Dependence Guideline Panel. « Treating Tobacco Use and Dependence: 2008 UpdateSpecific Populations and Other Topics », Rockville (MD) : US Department of Health and Human Services, mai 2008. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK63960/.
  • Wilson RD, Wilson RD, Audibert F, Brock JA, Carroll J, et al. « Supplémentation préconceptionnelle en acide folique / multivitamines pour la prévention primaire et secondaire des anomalies du tube neural et d’autres anomalies congénitales sensibles à l’acide folique », JOGC, 2015, 37 (5): 534-549. Accessible à : http://sogc.org/fr/guidelines/supplementation-preconceptionnelle-en-acide-folique-multivitamines-pour-la-prevention-primaire-et-secondaire-des-anomalies-du-tube-neural-et-dautres-anomalies-congenitales-sensibles-a-l/
  • Carson G, Cox LV, Crane J, Croteau P, Graves L, Kluka S, et al. « Alcohol Use and Pregnancy Consensus Clinical Guidelines », JOGC. 2010, 32 (numéro 8, supplément 3) : S1-S31. Accessible à : http://sogc.org/wp-content/uploads/2013/01/gui245CPG1008E.pdf