LES FEMMES PARTAGENT DES RISQUES UNIQUES DE MALADIES DU CŒUR ET D'AVC

LES FEMMES PARTAGENT DES RISQUES UNIQUES DE MALADIES DU CŒUR ET D'AVC

Les contraceptifs oraux (pilule anticonceptionnelle)

Les contraceptifs oraux sont aujourd’hui beaucoup plus sécuritaires qu’il y a quelques dizaines d’années. Pour les non-fumeuses de moins de 35 ans, l’utilisation des contraceptifs ne fait pas augmenter le risque d’AVC. Par contre, chez un petit nombre de femmes, ils font augmenter le risque d’hypertension artérielle et de formation de caillots sanguins. Ce risque augmente si vous fumez, si vous souffrez déjà d’hypertension artérielle si vous avez plus de 40 ans, si vous affichez d’autres facteurs de risque associés aux maladies du cœur et à l’AVC, ou si vous souffrez de problèmes de coagulation sanguine.

Grossesse

Au cours des neuf mois de grossesse, les femmes peuvent voir apparaître divers troubles de santé qui font augmenter leur risque de maladies cardiovasculaires.

    • La prééclampsie est un problème de santé qui apparaît habituellement après la 20e semaine de grossesse. Elle se caractérise par une augmentation de la pression artérielle et la présence de protéine dans l’urine de la mère (la présence de protéine indique un trouble des reins). Bien qu’il n’existe aucun moyen éprouvé de prévenir la prééclampsie, vous pourriez être sujette à ce problème de santé si vous souffrez d’hypertension artérielle ou d’obésité avant le début de la grossesse. On retrouve aussi d’autres facteurs de risque, comme être âgée de moins de 20 ans ou de plus de 40 ans, une grossesse multiple, le diabète, une maladie rénale, l’arthrite rhumatoïde, le lupus ou la sclérodermie. Toutes les femmes devraient être suivies par un professionnel de la santé tout au long de leur grossesse. Faites vérifier souvent votre pression artérielle. La prééclampsie peut être traitée sous la surveillance d’un médecin.

      • Le diabète de grossesse. Pendant la grossesse, le corps de la femme doit produire une quantité supplémentaire d’insuline parce que les niveaux élevés d’hormones de grossesse interfèrent avec la capacité de l’organisme à utiliser efficacement l’insuline. Si la femme ne produit pas suffisamment d’insuline, ses taux de sucre sanguin (glycémie) peuvent augmenter et provoquer un diabète de grossesse. Il n’existe aucun signe avant-coureur, donc il est important que les femmes fassent dépister le diabète dans le cadre des soins prénataux et qu’elles continuent de le faire vérifier tout au long de leur grossesse. Bien que le diabète de grossesse s’estompe généralement après l’accouchement, il peut faire augmenter le risque pour la mère et le bébé de souffrir de diabète plus tard au cours de leur vie. Le diabète est un facteur de risque associé aux maladies cardiovasculaires.

      • Le risque d’AVC relié à la grossesse est plus élevé durant l’accouchement et dans les quelques semaines qui suivent. Ce type d’AVC est généralement causé par un problème sous-jacent comme une malformation existante des vaisseaux sanguins ou l’éclampsie.

Ménopause

La ménopause est une période de la vie où les femmes cessent d’avoir leurs cycles menstruels. Si vous avez atteint la ménopause, votre risque global de maladies du cœur peut augmenter en raison de la réduction de la production des hormones œstrogène et progestérone par l’organisme. Avant et après la ménopause, vous pourriez éprouver :

      • Une augmentation du taux de cholestérol total, du cholestérol LDL (lipoprotéine à basse densité ou « mauvais » cholestérol) et des triglycérides.

      • Une diminution du taux de cholestérol HDL (lipoprotéine à haute densité ou « bon » cholestérol).

      • Une tendance à l’augmentation de votre pression artérielle.

      • Une augmentation des tissus gras au centre du corps, qui peut nuire à votre organisme en vous rendant plus susceptibles aux caillots sanguins et aux problèmes de glucose sanguin, aux symptômes comme des sueurs importantes et des troubles de sommeil.

Hormonothérapie substitutive

Les femmes qui prennent de l’œstrogène dans le cadre d’une hormonothérapie substitutive (HTS) ont un risque accru de subir un AVC ou une crise cardiaque. Si vous suivez une HTS, discutez de ce que cette réalité signifie pour vous et des solutions possibles avec votre professionnel de la santé.